5457
Pourquoi?
¿Mi clave?
  LOGIN  
Molino Aceite
High Quality Properties
Seces
RDLM
,
Paris Paris France

Telf. 609775802

Email. rdlmare@hotmail.com



Rues

Cinema

Autre

Images isolées

Faits...




10 dernières images
Cinema

Textes : 6
Ajouter un texte
Premier    1 2     Dernier



La Métamorphose des cloportes (1965)


Origine: RDLM - 26-08-2014

Le parcours d'Alphonse est une sorte de road-movie dans un Paris en pleine mutation, où les petits bistrots disparaissent, remplacés par des banques et des galeries d'art. [...] le roman de Boudard est une chronique douce amère sur le temps qui passe [...] Alphonse est de passage, il ne s'incruste pas dans un récit policier classique, il va de la prison au sanatorium, il observe, il fait le bilan de ses années perdues derrière les grilles en toisant ses contemporains, avec le sourire légèrement moqueur de celui qui revient de loin.

La Métamorphose des Cloportes est un roman léger en apparence mais, sous le vernis, il est teinté de nostalgie, la nostalgie d'une époque révolue et d'un milieu idéalisé par le talent d'un grand écrivain populaire.

(Lien : http://www.atramenta.net/authors/jean-marcel/18712)

  • Réalisation : Pierre Granier-Deferre
  • Scénario : D'après le roman éponyme d'Alphonse Boudard (Éditions Plon)
  • Adaptation : Albert Simonin
  • Dialogue : Michel Audiard

Interprètes

  • Lino Ventura (Alphonse Maréchal dit « Le Malin »), un truand qui a été lâché par ses complices
  • Charles Aznavour (Edmond dit « Le Naïf »), un ancien complice d'Alphonse
  • Pierre Brasseur (Demuldère dit « Tonton le Brocanteur »), un receleur ami d'Alphonse
  • Irina Demick (Catherine Verdier), la jolie gérante d'une galerie d'art qui travaille pour Tonton
  • Françoise Rosay (Gertrude), une « prêteuse » du milieu
  • Maurice Biraud (Arthur dit « Le Mou »), un ancien complice d'Alphonse
  • Georges Géret (Rouquemoute dit « Le Rouquin »), un ancien complice d'Alphonse
  • Annie Fratellini (Léone), la prostituée, femme de Rouquemoute
  • Daniel Ceccaldi (L'inspecteur de police Lescure)
  • Georges Chamarat (Clancul)
  • Jean Carmet (le critique d'art efféminé)


Lire plus...




Ménilmontant (1926)


Origine: RDLM - 27-08-2014

Ménilmontant est un film français, moyen métrage de 37 minutes, réalisé par Dimitri Kirsanoff et sorti en 1926.

Réalisé durant l'hiver 1924-1925 en décors naturels dans ce qui était alors un faubourg déshérité de la capitale, le film de Kirsanoff raconte une histoire mélodramatique et abolit les frontières entre documentaire et fiction

Le film s’ouvre sur un meurtre, celui des parents de deux jeunes filles. Orphelines, celles-ci émigrent à Ménilmontant, un quartier populaire de Paris, afin de gagner leur vie. Elles travaillent et semblent heureuses jusqu'au jour où un jeune homme sans scrupule (Guy Belmone) séduit les deux sœurs et fait un enfant à la plus jeune (Nadia Sibirskaïa). Sans ressource ni foyer, son enfant dans les bras, cette dernière erre dans les rues de la capitale et finit par retrouver sa sœur devenue prostituée qui l’accueille, alors que le jeune homme est tué dans un règlement de comptes.

Le rôle du lieu est prépondérant dans Ménilmontant.[...] Si les plans de Ménilmontant et les vues panoramiques de Paris sont, à plusieurs reprises, l'objet d'une attention quasi documentaire, ils matérialisent surtout les sentiments malheureux des personnages. La description du lieu est telle que celui-ci paraît irréversiblement destiné à accueillir la malhonnêteté dont sont victimes les deux sœurs.

(Christophe Trebuil, "L'oeuvre singulière de Dimitri Kirsanoff", 2003)

  • Réalisateur : Dimitri Kirsanoff
  • Scénariste : Dimitri KirsanofF
  • Producteur : Dimitri Kirsanoff

Interprètes

  • Nadia Sibirskaïa :
  • Yolande Beaulieu :
  • Guy Belmont :
  • Jean Pasquier :
  • Maurice Ronsard :


Lire plus...




Du rififi chez les hommes (1955)


Origine: RDLM - 26-08-2014

Film français réalisé par Jules Dassin, sorti en 1955.

Du rififi chez les hommes ne propose pas [...] l'assimilation de la ville à un espace inquiétant et anonyme, que l'on retrouve dans tant de films noirs hollywoodiens. Le cinéaste semble prendre l'exact contre-pied de ce dispositif dès le début de Du rififi chez les hommes : à la suite de la scène de la partie de poker, il montre Tony évoluer au petit matin dans un espace parisien « réaliste » et inoffensif, où Ton peut apercevoir des familles avec des enfants, et filme le personnage à hauteur d'homme. L’environnement parisien visible dans le film n'apparaît à aucun moment hostile ou menaçant. Au contraire, il constitue un cocon protecteur pour le truand hexagonal, qui ne devient en danger de mort que lorsqu’il s’en éloigne."

(François Amy de la Bretèque, Emmanuelle André, François Jost, Raphaëlle Moine, Guillaume Soulez, Jean-Philippe Trias, "Cinéma et audiovisuel se réfléchissent", 2012)

  • Réalisation : Jules Dassin (premier film tourné en France par le réalisateur qui fuyait le maccarthysme)
  • Scénario : Jules Dassin, René Wheeler et Auguste Le Breton, d'après le roman éponyme d'Auguste Le Breton aux éditions Gallimard
  • Dialogue : Auguste Le Breton

Interprètes

  • Jean Servais : Tony le Stéphanois, ex-caïd, sorti de prison
  • Carl Möhner : Jo le Suédois, un complice de Tony (voix doublée par Roger Rudel)
  • Robert Manuel : Mario Ferrati, un complice de Tony
  • Jules Dassin : Cesar le Milanais (crédité sous le pseudonyme de Perlo Vita)
  • Marie Sabouret : Mado les Grands Bras, ex amie de Tony
  • Janine Darcey : Louise, la femme de Jo
  • Magali Noël : Viviane, la chanteuse
  • Claude Sylvain : Ida Ferrati, la femme de Mario
  • Marcel Lupovici : Pierre Grutter
  • Pierre Grasset : Louis Grutter dit Louis le Tatoué
  • Robert Hossein : Rémy Grutter, le frère de Pierre


Lire plus...




Gigot, le clochard de Belleville (1962)


Origine: RDLM - 02-09-2014

Un clochard au grand coeur, souffre-douleur de son quartier, vient en aide à une prostituée et à sa petite fille. Pour le bonheur de la petite, il vole une poupée et est traqué par la police.

Témoignage :

"Des Américains [...] étaient venus. Et ils avaient pris les gamins du quartier pour meubler l'image et c'est un film avec Orson Welles, "Gigot, clochard de Belleville". Ça retrace la vie d'un clochard qui habite Belleville et tous les animaux lui obéissent, y compris le cheval du laitier et les chats, les pigeons, les chiens...

[...] Quand le film, Gigot, clochard de Belleville, a été tourné, on arrivait de l'école, il y avait des camions qui étaient là, il y avait des planches en bois. On voyait des ouvriers qui étaient en train de travailler. On se doutait bien que c'était parce qu'ils allaient faire un film. Ils montaient les décors comme ça. Et le père à Robert Jourdain était cascadeur. Il était catcheur professionnel et cascadeur. Et il faisait aussi du gardiennage. Parce qu'il avait beaucoup de relations avec le milieu du cinéma. Il avait été retenu pour faire le gardiennage de tous les décors de ce film-là. Et c'est lui qui avait un peu, disons, comme on dit maintenant, pistonné les enfants du quartier pour être pris pour tourner. Alors, lui, il avait dit : « Tiens si tu veux y aller, vas voir tel Monsieur ». Et c'est comme ça qu'ils nous avaient pris. Et je me rappelle, j'avais un prof, l'instituteur, qui avait été malade quinze jours. Oh ! Alors, là, ça m'avait arrangé parce que je suis resté quinze jours avec les gens qui s'occupaient de faire le film.

- Et vous étiez payé ?

Oui, et j'avais fait en quinze jours, plus que le salaire de mes parents dans le mois ! Ah oui ! Ils nous payaient. Ils nous donnaient des sous. Moi, j'étais content, je portais ça à ma mère. Et les Américains, quand le temps n'était pas favorable, ils jouaient au poker. Quand ils jouaient au poker, ils jouaient avec de l'argent. Ils nous faisaient confiance. Ils nous donnaient de l'argent pour faire de la monnaie. Et puis, je leur reportais. Des fois, je leur redonnais la moitié. Alors, suffit que j'arrive avec l'argent et puis qu'on reprenait le tournage, des fois, ils disaient : « Garde tout ». Ah ! c'était d'enfer, ça. Je n'ai jamais vu ça..."

(Françoise Morier, Claire Reverchon, "Belleville, Belleville: visages d'une planète", 1994)
 

  • Réalisation : Gene Kelly
  • Scénario : Jackie Gleason, John Patrick et A.-J. Russell

Interprètes

  • Jackie Gleason : Gigot
  • Katherine Kath : Colette
  • Gabrielle Dorziat : Mme Brigitte
  • Jean Lefebvre : Gaston
  • Jacques Marin : Jean
  • Albert Rémy : Alphonse


Lire plus...




Un gosse de la butte (1964)


Origine: RDLM - 02-09-2014

Hélène, séduisante quadragénaire, habite avec son jeune fils Alain à Ménilmontant, un quartier populaire parisien. Lorsqu’elle essaie de refaire sa vie avec Vincent, un Antillais de vingt ans son cadet, Alain témoigne d’abord de l’hostilité à ce dernier avant d’être conquis par sa gentillesse et de devenir son ami. À cause d’un drame de la jalousie dans son voisinage, Hélène prend conscience de sa grande différence d’âge avec son amant et décide de mettre fin à leur liaison.

  • Titre : Un gosse de la butte
  • Titre original : Rue des Cascades
  • Réalisation : Maurice Delbez
  • Scénario : Maurice Delbez, Jean Cosmos d’après le roman de Robert Sabatier "Alain et le nègre" (Éditions Albin Michel, 1953)
  • Dialogues : Jean Cosmos

Distribution

  • Madeleine Robinson : Hélène
  • René Lefèvre : M. Bosquet
  • Lucienne Bogaert : Mme Tournier
  • Suzanne Gabriello : la voisine
  • Daniel Jacquinot : Alain
  • Serge Nubret : Vincent


Lire plus...


Visitas totales: 2154669 | Visites d'aujourd'hui: 467


    Ouvrir un compte



    J'ai déjà un compte
   Si vous avez déjà un compte, entrez votre email et votre mot de passe WorldofGalina
   Mail utilisateur
   Mot de passe
   Si vous avez oublié votre mot de passe indique que votre email et cliquez sur Login
   Vous recevrez votre mot de passe dans votre e-mail


Nous utilisons des cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
Conservez vos preferences et vous aidez a enregistrer vos contenues, annonces, réservation ...
Si vous continuez la navigation, vous acceptez leurs utilisations